Annuaire association

Supprimer toutes les publicités avec l'asso-pack + ?
Commander !

Cotizasso, gérer les cotisations de vos adhérents

Chenilles processionnnaires

Article paru sur le site SOS Vétérinaires

 

Comme chaque année, les chenilles processionnaires (Thaumetopoea pityocampa) attendent bien au chaud dans leurs cocons le premier redoux durable de l'année pour entamer leur migration. Cette année, notre réseau de surveillance a été mis en alerte dès le week-end du 3-4 mars. En effet, sur le secteur de Corbas, plusieurs colonnes d'insectes ont pu être observées.

Cycle des chenilles processionnaires

Les chenilles processionnaires construisent dès l'éclosion un nid, tissé dans entre les épines d'un pin. Ces nids forment de véritables cocons de gros diamètres qui peuvent contenir des centaines d'individus. Dès le premier redoux durable qui annonce le printemps, les chenilles quittent leurs nids et entament une migration vers un terrain ensoleillé, dans lequel elles vont s'enfouir. Dans ce nouveau nid, les dernières métamorphoses auront lieu jusqu'à l'éclosion du stade final, un papillon nocture de la famille des Notodontidae. (En savoir plus)

Envenimation Chenilles processionnaires: une urgence vétérinaire vitale

Risques pour les animaux

Chez le chien ou le chat, le moindre contact direct ou indirect avec les chenilles processionnaires peut relever de l'urgence vétérinaire. Le plus souvent par curiosité ou par jeux, les animaux croisent une procession de chenilles et s'en approchent. Les poils urticants de ces insectes sont fortement allergisants pour les carnivores domestiques.
Les chiens explorent avec leur truffe et leur langue, les chats avec leurs pattes. C'est donc naturellement que les chiens sont les plus gravement concernés. Les lésions touchent la langue et la truffe avec des réactions allergiques suraiguës voire anaphylactiques. Un violent oedème peut apparaître et faire gonfler la langue au point de provoquer l'étouffement de l'animal. Un état de choc est très souvent associé.
Chez le chat, les lésions sont souvent moins graves car elles concernent les coussinets. En revanche, lorsque le chat se lèche la patte, il peut étendre cette réaction à la cavité buccale et présenter des symptômes identiques au chien.
Dans un cas, comme dans l'autre, des vomissements d'apparition soudaine, une salivation anormalement importante, un gonflement de la langue ou de la truffe ou des paupières doivent éveiller les soupçons et vous pousser à consulter le vétérinaire en urgence.

Premiers gestes d'urgences

Lorsque vous constatez un ou plusieurs des symptômes décrits ci-dessus, le premier geste est de contacter le vétérinaire de toute urgence. En effet le pronostic vital de votre animal peut être menacé. Néanmoins, dans l'attente de la consultation voici les premiers conseils vétérinaires:

  • Nettoyer à grandes eaux les zones du corps présumées en contact avec les poils urticants;
  • Supprimer l'accès à la boisson et à la nourriture en cas de vomissements
  • Ne rien administrer de votre propre initiative
  • Garder l'animal au calme
  • Les poils urticants sont dangereux pour l'homme, donc munissez vous de gants pour toutes ces manipulations.


Calendrier
« Septembre 2017 »
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930
Actualités
Visiteur en ligne

    Nombre d'invité : 0